in

Nathalie Koah : « Je n’ai jamais livré à qui que ce soit l’enfant d’autrui »

L’influenceuse a fait cette déclaration sur Facebook, le dimanche 28 janvier 2024, comme l’a constaté Lebledbuzz.

Depuis la mise en orbite de l’affaire Hervé Bopda, des célébrités ont été citées. Parmi elles, il y a Nathalie Koah. Après un premier démenti, elle est revenue dimanche pour réitérer qu’elle n’est en rien concernée par cette histoire de prédation sexuelle. Par ailleurs, elle a lancé une campagne de lutte contre les violences faites aux femmes. Elle apporte son soutien aux victimes et demande que la justice soit rendue.

Lebledbuzz vous propose le texte intégral

Dernièrement, j’évite de prendre la parole lorsque mon nom fait l’objet d’émulation sur la toile, mais autorisez moi cette exception.

Si je ne compte pas m’étendre sur les accusations dont je fais l’objet, je vais en revanche commencer par apporter une clarification.

Je n’ai jamais, même dans mes errements de jeunesse, emmené ou livré à qui que ce soit l’enfant d’autrui. J’ai certes commis des bêtises, mais je les ai commises seule et je suis la seule à en payer le prix près de 20 ans après !!!

Ce n’est certainement pas aujourd’hui du haut de mes 36 ans, dans ma vie de famille paisible, maman de 2 enfants, dont une merveilleuse petite fille que j’éduque à la dure, que je me permettrai de dérouter les vôtres.

Pour approfondir :   L'influenceuse ivoirienne Emma Louhès dans les bras de Mitoumba à Douala

Je mettrais la même énergie dans l’éducation de mon garçon, afin qu’il respecte et valorise toujours les femmes mais surtout qu’il les traite avec dignité

Cette parenthèse refermée, je reviens sur le but principal de ce message.

Cela fait presque 10 ans que je dénonce ces pratiques inhumaines et je suis profondément attristée par la situation actuelle au Cameroun. Je constate que de plus en plus de victimes ont le courage de se lever et de dénoncer ces actes ignobles.

En 10 ans de présence sur les réseaux sociaux, j’ai multiplié interviews et prises de position pour dénoncer, conseiller et prévenir les jeunes femmes au sujet des faits qui font l’objet de débats aujourd’hui.

Jeunes sœurs, et ici, je m’adresse uniquement à celles qui agissent avec leur plein consentement, je vous connais mieux que vous ne vous connaissez. La cupidité qui vous anime a été la mienne quand j’avais votre âge, les chemins tortueux que vous empruntez pour vous offrir une vie descente, je les ai parcouru, la tetutesse et la naïveté qui vous habitent ont été mienne. Je vous connais et j’ai toujours pensé qu’à cet effet moi mieux que quiconque saurait vous parler afin de vous éviter les pièges dans lesquels je suis tombée.

Pour approfondir :   Diane Nama dit qu’elle s’en fiche des opinions des gens sur sa vie

Malheureusement, à chaque fois que j’ai essayé de passer ce message, je me suis faite chasser et je dirai même museler. Vous en êtes témoin.

Au lieu d’entendre et comprendre mon message, l’on n’a cessé de remettre en cause ma légitimité au point de m’interdire de prendre la parole au nom de la femme.

C’est la raison pour laquelle vous ne m’avez plus revu intervenir sur certains sujets.

Cependant, les sujets qui font l’actualité ces derniers jours sont graves, et même très graves.

Vous avez raison, je dois, même si je sais pertinemment que je prendrai des gifles, me tenir à vos côtés pour sensibiliser et dénoncer.

Le silence n’étant plus une option, il est impératif que justice soit rendue et que chaque victime soit accompagnée, car aucune femme ni mineur ne mérite de subir de telles atrocités.

Aux victimes d’abus en tout genre, je vous confirme ma solidarité et me tiens plus que jamais à vos côtés afin que justice vous soit rendue.

Nathalie Koah

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Maalhox : « Tout Camerounais qui a un peu d’argent est un Bopda en puissance qui s’ignore »

    Le Comica dit ne pas connaitre Hervé Bopda