in

Nécrologie : décès de l’artiste Izmo le rapologue

Le rappeur camerounais Izmo le rapologue a rendu l’âme ce matin du vendredi 05 avril 2024.

Izmo de son vrai nom Ismael Mbarga, n’était pas un rappeur de la dernière heure au contraire, un pionnier du mouvement du rap engagé au 237 vient de s’éteindre.  Cette nouvelle triste bouleverse toute une génération d’artiste.

Le regretté artiste est considéré par plus d’un comme une légende dans l’univers du rap. “La vie est dure” est l’un de ses titres en feat avec le célèbre Valsero.

Le rappeur s’éteint moins d’un an après son mariage. Il ne fait pas un an que le rappeur a convolé en juste noces, rappelle le Dr David Eboutou, proche du défunt. « Il y’a moins d’un an, tu passais la bague au doigt à la mère de tes enfants…ton amour de toujours ! Oh mon cher ami Izmo le rapologue ! Tu me brises le cœur », écrit l’ami du défunt sur Facebook.

Ci-dessous, l’hommage intégral de David Eboutou

Que de pensées émues pour toi mon cher ami Izmo le rapologue. Qui part pour l’éternité.

Ce matin, à la sortie de l’émission ” Sacré Matin ” sur Radio BALAFON à Douala, alors que je balade mon regard furtif sur le fil d’actualité Facebook de mon téléphone,  je remarque que l’artiste KOPPO a troqué sa photo de profil à celle D’IZMO LE RAPOLOGUE.

J’ai aussitôt comme un mauvais pressentiment qui m’envahit dès ce moment puisqu’il y’a deux jours seulement, je parlais avec le concerné. Pour en avoir le cœur net, je passe un coup de fil à KOPPO qui me confirme la terrible annonce. IZMO N’EST PLUS!

En ce moment, je suis effondré et j’ai des larmes qui ruissellent de mes yeux. C’est atroce ! C’est douloureux à entendre.

IZMO était un véritable artiste dans l’âme. Il ne vivait que pour la musique, sa grande passion le Rap. De ses textes engagés en passant par ses drames chantés ou encore cette mélancolie qu’il savait communiquer derriere sa voix puissante, comme ce fût le cas avec sa dernière production MORANE, ne pouvaient laisser personne indifférent.

Pour approfondir :   Clap de fin pour la bataille des chéries : Le bilan du réalisateur Mitoumba

Derrière le géant garçon aux dreadlocks qu’on apercevait sur les scenes de musiques urbaines dans tout le Cameroun ou encore à NDJAMENA où il etait constamment invité au Festival de Rap, se cachait en réalité une belle âme timide qui n’avait pour seul rêve que de prendre sa revanche sur la vie.

IZMO avait perdu sa maman dans les conditions troublantes il y’a  longtemps. Elle avait multiplié des fugues avant de trouver la mort atrocement. À chaque fois qu’il en parlait, on pouvait apercevoir un brin de larme dans son regard. Il vivait avec l’ombre de sa défunte maman.

Notre amitié, profonde et sincère en était au stade de la fraternité. C’est lui qui avait contacté la plupart des artistes qui sont venus prester lors de mon mariage. Il avait ouvert le bal à travers un show inoubliable !

Il y’a quelques mois, Izmo avait convolé en justes noces avec une charmante demoiselle. Celle-là même qui lui a permis des années plus tôt, d’être papa de plusieurs enfants. Ils étaient inséparables. On pouvait les apercevoir à chaque évènement de rap où sa silhouette apparaissait. Ceux qui fréquentaient les Mercredi RAP du K-FRAN initiés par Izmo au quartier Anguissa s’en souviennent certainement. J’y passais d’ailleurs la plupart des mercredis dans ce lieu, aux côtés d’Izmo.

IZMO et moi avions les valeurs d’empathie, de solidarité et d’humanisme en commun. Nous soutenions depuis plusieurs années l’Association des enfants Victimes de maladies rares ( Asevimar ) de ma grande sœur Hélène Minkoulou. À chaque arbre de Noël organisée par cette association, je prenais soin de me faire accompagner à chaque fois par Izmo et de Chrysty Sweet l’auteure de Sangoku. Les deux égayaient ces enfants nés avec des pathologies rares aux travers de prestations fort appréciées.

C’est d’ailleurs en soutien à ces enfants que mon frère IZMO décidera de produire le titre ci joint MORANE où l’on peut voir ses propres rejetons jouer le rôle de ces enfants dont la vie n’a pas toujours été facile. Plusieurs visages publics parmi lesquels le mien apparaissent d’ailleurs dans ce clip.

Pour approfondir :   Hervé Bopda interpellé

Le mois dernier, IZMO m’a fait parvenir des images de ses pieds sur WhatsApp.  Ils étaient enflés et l’on pouvait y apercevoir des ganglions. Il avait fait suivre ces images par ce texte :

” Bonjour bro. Je suis au fin fond du Camer pour ma santé. Mes pieds prennent de l’ampleur. Je suis à l’Est chez les pygmées en ce moment. Des douleurs insoutenables. On dirait la foudre dans les pieds. Je vois ce que ça donne ici..”

Je l’avais immédiatement appelé pour en savoir davantage et il semblait me dire que tout devrait aller pour le mieux. Ces derniers temps, il était de retour à Yaoundé et le moins qu’on puisse dire est qu’il semblait se remettre.

Comment aurais-je pu imaginer que mon ami passait simplement ces derniers jours sur terre? Comment aurais-je su que mon échange avec lui ces derniers temps était le dernier du genre..?

Mon cœur est en morceaux!

Je suis si triste !

Je viens encore d’expérimenter le caractère vaniteux de la vie !!

Cette vie est parfois si injuste. Elle est cruelle!

En cette occasion particulièrement douloureuse,

J’ai une profonde pensée émue à l’endroit de sa tendre moitié, sa jeune épouse nouvellement mariée il y’a juste quelques mois.

Toutes mes prières à Dieu pour qu’il veille sur les petits enfants de mon ami sevrés si brusquement et si précocement de l’amour de leur papa.

Mes condoléances à la famille artistique et principalement celle de la communauté des artistes des musiques urbaines.

Adieu mon ami

Adieu mon frère.

Merci pour ta fraternité !

Je t’aimerai toujours.

Bonne traversée !!

D.E

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Lady ponce apporte son soutien à Samuel Eto’o

    Marthe-cecile Micca à Samuel Eto’o : « tu vas lire l’heure »